Quelques précisions sur le devenir du CICT

Dans un de mes récents papiers, consacré à la réorganisation des services informatiques dans le giron de l’Université Paul Sabatier (UPS), j’ai évoqué la possibilité d’une diminution des missions du Centre Interuniversitaire de Calcul de Toulouse (CICT). Même si, comme me le déclarait Michel Sixou, vice-président de l’UPS en charge des Technologies de l’Information, « l’intégralité de ses missions sera reprise, assurée et pérennisée » dans le cadre du nouveau Pôle de Services Numériques.

Et je n’ai pas encore mentionné – sans doute à tort – le projet de création du Centre Informatique Universitaire de Toulouse (CIUT), poussé notamment par quelques caciques de l’Université Fédérale de Toulouse. La raison en est que je n’ai pas tiré au clair un certain nombre de problématiques intestines. Il y a en effet des tensions autour de l’évolution des universités toulousaines. Surtout quant il s’agit d’accepter une plus forte mutualisation et une plus forte dimension inter- universitaire. Leurs tenants se heurtent à des résistances sérieuses, y compris aux plus niveaux de pouvoir.

Concernant l’ex-CICT, celui-ci pourrait devenir un de services du CIUT, et être son Maître d’Oeuvre. Ses salariés resteraient rattachés à l’UPS, mais qui les recrutera ? C’est un autre sujet. Bref, il y a matière à analyse.

F.D.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s