Innovation : les grands groupes ne connaissent que leur loi

Aérospace Valley, assemblée générale du 23 septembre, suite. Hier, j’ai présenté dans les grandes lignes les avancées du pôle de compétitivité, en m’attardant sur les difficultés concernant le montage du projet d’Institut de Recherche Technologique toulousain.

Aujourd’hui, je vais revenir sur un entretien que j’ai eu avec un chef d’entreprise sur place. Ce qu’il m’a expliqué pose un peu l’envers du décor, et c’est loin d’être le premier a évoquer ce grand problème de notre économie. Je tairai son nom.

Il est le patron d’une des nombreuses PME innovantes engagées dans un projet de R&D du pôle de compétitivité.  » Nous avons connu deux déconvenues avec des grands groupes. Nous nous sommes engagés dans deux projets de R&D collaborative, outre celui dans lequel nous nous inscrivons aujourd’hui. Mais au bout du compte, lorsque le produit a été finalisé, la grande entreprise a rompu les relations avec nous. Du coup, nous avons été écartés de la commercialisation de la solution mise au point ! Dans ce genre d’opération, nous parvenons tout juste à rentabiliser notre investissement en proposant le savoir-faire obtenu à d’autres entreprises », explique t-il entre énervement et fatalisme.

Ce problème est loin d’être nouveau, bien entendu. Et parfois, les grandes entreprises n’hésitent pas à se comporter de manière scabreuse. Airbus a par exemple été accusée de pillage technologique par une société montpelliéraine, Icarelink, auteur d’une technologie permettant aux voyageurs d’utiliser leur mobile à bord des avions. Cette PME était d’ailleurs une spin-off du groupe. J’avais traité le dossier il y a deux ans dans le cadre de Midenews.com, mais j’avoue ne pas savoir où en est cette affaire, si elle suit son cours où si un jugement final a été prononcé. Ceci étant, le premier jugement du tribunal de commerce de Toulouse ne laissait pas de place au doute quant à la manière de procéder de l’avionneur…

En dehors de ce type de cas extrême, considérons quelques points de progrès. Le Comité Richelieu, qui rassemble près de 300 PME innovantes, réussit à organiser une rencontre fructueuse de ces dernières avec de grands donneurs d’ordres. L’idée c’est de rompre avec cette relation purement financière et verticale qui existe entre grands et petits. De manière générale, il faut qu’il dire qu’il y a une prise de conscience et les pôles de compétitivité sont en soi une réponse à cette problématique. Les projets coopératifs permettent une certaine mise sur un pied d’égalité grandes entreprises, PME et laboratoires. Mais comme on l’a vu, le business court-termiste prend vite le dessus…

Même type de situation entre grands groupes et laboratoires publics

Bien entendu, c’est le même déséquilibre qui existe entre laboratoires et grands-groupes. Certes, la dynamique de recherche partenariale s’est bien développée, sans conteste, en France. Et c’est une très bonne chose pour les deux parties. Mais lorsqu’un grand groupe exploite un brevet déposé par ou avec une université ou un établissement de recherche, celle-ci reçoit bien rarement ou dans des proportions justes, les émoluments correspondants. Je rappelle juste un chiffre : les royalties reçues par l’ensemble des universités et centres de recherches de Midi-Pyrénées de la part des entreprises qui exploitent leurs brevets ou logiciels avoisinent les 500 000 euros annuels. Le MIT, qui compte environ le même nombre de chercheurs que dans la région toulousaine (environ 6500), dont une part de chercheurs en sciences humaines, génère 100 millions de dollars par an. Si l’on ne peut comparer, en termes de qualité, les deux universités, l’écart est énorme. Mais aux Etats-Unis, une loi oblige les entreprises a rétribuer les universités dont elles exploitent l’innovation : c’est le « Bayh-Dole Act ». Dans de prochains articles, j’en expliquerai les mécanismes et l’influence que cette législation a eu sur l’innovation américaine.

Frédéric Dessort

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s